Fables et auto-défait

Galerie esSeRe
Cours du Bel Air
53 rue du Faubourg Saint-Antoine
75012 Paris

Exposition ouverte du 21 juin au 14 juillet 2012.

La deuxième exposition de Suzette Ricciotti dans sa nouvelle galerie de Paris présente Julien B. – B comme Blaine -, 2e lettre de l’abécédaire programmatique de la galerie, inauguré en janvier dernier avec lettre A comme Abdi Abdelkader.

Pour l’occasion, Julien Blaine déploie un diptyque : Autodafé-Auto-défait et Fables (pour le XXIe).
Le premier volet de l’exposition s’inscrit dans la série plus ou moins lointaine des auto-défaits voire des auto-défaites du poète. Grâce à l’Inventaire des destructions d’Eric Watier par exemple, on sait que « Julien Blaine a noyé les manuscrits de la revue Les carnets de l’Octéor dans le Canal Saint-Martin à Paris » dès 1962, soit l’année même qui inaugure sa carrière de performer en poésie élémentaire dite aussi poésie-action, visuelle ou encore visive, etc. C’est ainsi qu’il fera le deuil de la performance en 2004, en la plaçant sous le vocable de Bye-bye la perf. Huit ans plus tard, c’est au tour de ses archives – notamment celles des innombrables revues qu’il a crées et/ou auxquelles il a contribué pendant un demi-siècle : il s’en défait le 3 mars dernier auprès de l’IMEC (Institut mémoire de l’édition contemporaine) sis en l’Abbaye d’Ardenne près de Caen. Dans le même temps, le Cirva lui livrait les premières des 40 briques en verre qu’il a conçues et dont il écrit : « Sortir de ce monde opiniâtrement clos. / 1/2 siècle de notes dans mes carnets de toute sorte, / de toute reliure, de tout format, de toute couleur, / disparus, réduits  en cendres » lors de la cuisson desdites briques. Bref, c’est là une manière pour Blaine, de reconduire la terrible question de celui qui fut un ami, le poète Gherasim Luca : comment s’en sortir sans sortir… (Jean-Charles Agbotom Jumeau)

C’est la première exposition publique des Autodafé-Auto-défaits en France. L’ensemble réuni pour l’occasion comporte 6 briques : 3 sur portique en métal + 1 sur piédestal + 2 ébauches sur socle. Enfermant ou contenant tant bien que mal ces carnets défunts qui ont plus ou moins résisté à leur implosion, chaque brique est unique.


Julien Blaine, Auto-défait (détail)
Photo : galerie esSeRe
Julien Blaine, Auto-défait (détail)
Photo : galerie esSeRe