Mathieu Peyroulet Ghilini – Pièce montée

Villa Noailles
Montée Noailles
83400 Hyères

Exposition ouverte du 4 juillet au 28 septembre 2014.

En 2011, la villa Noailles et le Cirva ont inauguré le prix Cirva attribué au lauréat du Grand Prix du jury du festival Design Parade. Le lauréat se voit ainsi offrir une résidence de création au sein des ateliers du Cirva pour la réalisation d’un vase. Édité en trois exemplaires uniques, le vase imaginé par le designer lauréat vient compléter la collection permanente de la villa Noailles ainsi que celle du Cirva. La troisième pièce est à la disposition du créateur. La nouvelle création fait l’objet d’une première exposition lors de l’édition suivante du festival Design Parade.
En 2013, le lauréat était Mathieu Peyroulet Ghilini.

« Excès, mauvais goût et indigestion viennent immédiatement à l’esprit, à l’évocation de la pièce montée. Souvent haute, parfois dégoulinante et colorée, toujours construite par superpositions et collages, il s’agit d’après le dictionnaire d’« une pâtisserie de grande taille, dressée de manière à servir d’ornement et imitant souvent des formes architecturales ». Aucun signe ne pourrait souligner le sérieux de l’entreprise s’il ne s’agissait d’un dessert associé à une cérémonie importante. Alors que la pièce montée est un gâteau traditionnellement servi à la fin d’un repas de fête, ma pièce montée entend présenter une joyeuse année de travail.

La Manufacture de Sèvres m’a proposé d’envisager la question de la céramique à l’échelle de l’architecture intérieure, en me laissant libre de choisir le matériau à lui associer. Pour l’installation Marie-Laure en Amérique, j’ai revisité une technique d’accrochage et de séparation de l’espace employée par les décorateurs français du début du vingtième siècle : la corde. Partant de celle-ci, j’ai créé des jonctions qui structurent l’espace. La corde tient, s’enroule et tire sur ces pièces en céramique pour dessiner des cloisons, révélant par la même occasion les qualités structurelles et esthétiques du biscuit.

Le miroir Éléphant, projet pour la galerie Kreo, est un miroir lumineux rappelant les coiffeuses de loges de théâtre. Un néon et une structure en acier soutiennent un vaste miroir aux dimensions éléphantesques. Sous ses airs enfantins, il participe pourtant d’un projet sérieux : confondre source de lumière, forme et structure.

Pour le Cirva, sont présentés les vases Contaminations construits à partir de collages de formes géométriques. Chaque pièce est émaillée selon un processus long qui n’a ni début ni fin, comme pour les dessins qu’il tente de simuler. Une fois l’émaillage terminé sur chacune d’elles, les pièces sont scellées à l’aide de silicone pour garantir l’assemblage temporaire du vase. » (Mathieu Peyroulet Ghilini)


Mathieu Peyroulet Ghilini, dessins de recherche dans l'exposition, 2014
Photo : Cirva
Mathieu Peyroulet Ghilini, vases Contaminations dans l'exposition, 2014
Photo : Cirva
Mathieu Peyroulet Ghilini, vases Contaminations dans l'exposition, 2014
Photo : Cirva
Mathieu Peyroulet Ghilini, vases Contaminations dans l'exposition, 2014
Photo : Cirva