Mona Hatoum

Centre Georges Pompidou
75004 Paris

Exposition ouverte du 24 juin au 28 septembre 2015.

« Dans notre monde mû par des contradictions, des tensions géopolitiques, des esthétiques diversifiées, Mona Hatoum nous offre un œuvre qui atteint une universalité inégalée, un œuvre devenu « modèle » pour de nombreux artistes contemporains. L’artiste britannique, d’origine palestinienne, est l’une des représentantes incontournables de la scène contemporaine internationale. Son œuvre s’impose par la justesse de son propos, par l’adéquation entre les formes et les matériaux proposés, par la pluridisciplinarité de son travail et finalement par sa relecture originale et engagée des mouvements d’art contemporain (performance, cinétisme, minimalisme). Après avoir réalisé, voilà vingt ans, la première exposition muséale dédiée à l’œuvre de Mona Hatoum, le Centre Pompidou lui consacre aujourd’hui une première grande monographie qui réunit une centaine d’œuvres et rend compte de la pluridisciplinarité de son travail, de 1977 à 2015. Sans chronologie, comme une « cartographie » de la trajectoire de Mona Hatoum, l’exposition offre au public une traversée de son œuvre par affinités formelles et sensibles. Ainsi les performances des années 1980, qu’elles soient documentées en photos, dessins ou vidéos, sont mises en relation avec des installations, des sculptures, des dessins, des photographies et des objets datant de la fin des années 1980 à aujourd’hui.

Mona Hatoum, née au Liban en 1952 de parents d’origine palestinienne, quitte ce pays en 1975 pour un court séjour à Londres au moment où la guerre éclate au Liban. Elle reste dans la capitale britannique où elle commence des études d’art. Deux grandes périodes divisent son travail. Durant les années 1980, Mona Hatoum explore le territoire de la performance et de la vidéo. Son œuvre est alors de nature narrative et se penche sur des questions sociales et politiques. Depuis les années 1990, sa production est caractérisée par des œuvres plus « permanentes », des installations, des sculptures ou des dessins. Se plaçant désormais dans des perspectives d’avant-garde, Mona Hatoum explore des installations influencées par le cinétisme et les théories phénoménologiques, ou d’autres installations qu’on pourrait définir comme postminimalistes, utilisant des matériaux trouvés dans le monde industriel (grilles et fils de fer barbelé) ou dans son propre environnement (cheveux). Certaines de ses installations et de ses sculptures, engagées pour la plupart, sont orientées par le féminisme. Autour d’elles gravitent des objets plutôt surréalistes, des travaux sur papier réalisés avec des matériaux du quotidien inhabituels ou des photographies prises lors de voyages, et en lien avec d’autres œuvres de l’exposition. » (site internet du Centre Pompidou)

Présentation de l’œuvre Cellules, réalisée au Cirva en 2012, dans le cadre d’un atelier de l’Euroméditerranée mis en place par Marseille-Provence 2013.

« Cellules est une installation composée de huit structures à taille humaine, construites avec des tiges en acier utilisées comme armatures du béton armé, renfermant des formes organiques rouges en verre soufflé. Le titre polysémique Cellules fait à la fois référence aux espaces d’enfermement et aux plus petits composants des organismes vivants, signalant plusieurs niveaux de lecture possibles. Les grilles de fer géométriques alliées à la fragilité, la transparence et la rondeur des formes en verre évoquent l’emprisonnement mais aussi la pulsion de liberté. » (galerie Chantal Crousel)

centrepompidou.fr


Cellules dans l'exposition
Photo : H. Véronèse / Centre Georges Pompidou
Cellules dans l'exposition
Photo : L. Turcan / Galerie Chantal Crousel
Cellules (détail) dans l'exposition
Photo : L. Turcan / Galerie Chantal Crousel