Pierre Charpin. Villégiature

Villa Noailles
Montée Noailles
83400 Hyères
3 juillet – 27 septembre 2015

« L’exposition présente une quarantaine d’objets et une trentaine de dessins réalisés entre le début des années 1990 et aujourd’hui. Représentatif de mon travail, cet ensemble met en évidence les correspondances qui existent entre le langage formel des objets et le langage graphique des dessins. Présentés sans ordre chronologique ni hiérarchie, les objets édités en série limitée côtoient les objets industriels ou manufacturés ainsi que quelques prototypes.

L’exposition tire parti de la singularité du lieu constitué de deux espaces, la piscine et le squash, en adoptant un critère de classification binaire très simple : dans la piscine, les objets destinés à être posés sur un plan horizontal, celui d’un sol, d’une table ou d’une étagère ; dans le squash, les objets destinés à être posés ou plus précisément accrochés à un plan vertical, celui d’un mur ou d’une cloison.

Ce parti pris tend à rendre compte de l’importance que j’ai toujours accordée à l’articulation de l’objet avec l’espace qui le contient, articulation que je considère comme déterminante dans le dessin même d’un objet.
Dans la piscine, le dispositif scénographique délibérément horizontal évoque une île qui, posée au centre de la pièce, joue avec la fonction d’origine du lieu et fait écho au vaste paysage maritime qui s’offre à nous depuis la piscine. Ici, les objets sont livrés au regard du visiteur invité à tourner autour de cette île imaginaire, pour découvrir, tel un ornithologue amateur, l’ensemble des objets qui semblent avoir trouvé un « refuge » provisoire en attente d’une future destination, comme le font certains oiseaux migrateurs lors des étapes qui ponctuent leur longue migration.
Dans le squash, les objets et les dessins sont simplement accrochés au mur, laissant l’espace du lieu totalement libre, pour mieux restituer sa nature d’origine. Le sol recouvert de petits graviers blancs apporte une luminosité et une sonorité particulière qui donne au visiteur la conscience de ses propres déplacements, lorsqu’il circule pour s’approcher des objets et des dessins qui ont trouvé comme lieu de résidence estivale les murs qui délimitent la pièce.
Dans le squash comme dans la piscine, la simplicité des principes scénographiques invite à observer autant ce qui est exposé que l’architecture du lieu dessiné il y maintenant quatre-vingt dix ans par Robert Mallet-Stevens. » (Pierre Charpin)

Présentation d’œuvres de Pierre Charpin réalisées au Cirva : vases de la Série lisse et de la Série écran.

villanoailles-hyeres.com


Vue de l'exposition
Photo : C. Capelle / Cirva
Vases Série lisse et Série écran dans l'exposition
Photo : C. Capelle / Cirva